Une cérémonie des vœux chaleureuse

Nous étions de nouveau réunis hier, trois années après la toute dernière cérémonie des vœux. Quel plaisir enfin que celui de pouvoir se retrouver. De pouvoir partager avec vous les projets sur lesquels vos élus travaillent quotidiennement. De pouvoir ensuite échanger avec vous lors d’un moment convivial.

Nous étions près de 250 hier soir : agents municipaux, associations, artisans, entreprises, élus, Rinxentoises et Rinxentois 😊🤩

Merci à Madame Dégardin, responsable des services, et l’ensemble des agents pour toutes les actions menées au quotidien. Si nos projets se réalisent, si notre commune évolue, c’est en partie grâce à vous.

Il y a maintenant trois ans, avec mon équipe, nous avons de nouveau pris un engagement fort : celui de s’investir pour notre belle commune. S’engager pour six années. Cet engagement, c’est un investissement lourd : nous devons jongler entre nos différentes vies (familiales, professionnelles, associatives). Mon équipe ne compte pas ses heures et je les en remercie.

Merci à Matthieu Mignien Photographie pour les photos 🤩

Merci Les Fleurs de Cécile pour la décoration florale 💐

Merci à la Boulangerie d’hydrequent pour les gourmandises 😋

Merci à toutes et tous pour vos retours constructifs et chaleureux ❤️

Discours lors des vœux pour l’année 2023

Tout d’abord, je vous souhaite à toutes et tous la bienvenue dans notre salle polyvalente de Rinxent. Avant de démarrer ce discours, voici le temps de la rétrospective de l’année écoulée. Nous vous proposons un retour en images sur les différents événements de 2022.


Je tiens à remercier Kenjy Poure, conseiller municipal, et Caroline Jurkiewicz, en charge de la communication, pour la réalisation de cette vidéo.


Cette année 2022 aura été, une nouvelle fois, difficile humainement pour notre commune.
En effet, Rinxent a perdu des personnes estimées et investies des décennies durant.

Le 29 septembre, après des jours d’inquiétude, nous apprenions le décès de Bernard Chaussoy, enseignant et maire de Rinxent durant près de 40 ans. Une nouvelle fois, je tiens à vous remercier pour le soutien que vous avez bien voulu apporter à la famille et aux proches de Bernard Chaussoy.

Quelques jours plus tard, le 20 octobre, après des années à lutter contre la maladie, Sylvain Béclin perdait son tout dernier match. Conseiller puis adjoint pendant 6 mandats, il ne comptait pas ses heures pour apporter ses conseils aux associations de la commune. Vous étiez nombreux en l’église de Rinxent pour lui rendre un tout dernier hommage et je vous en remercie.

Le conseil municipal de Rinxent et l’ensemble des agents municipaux se joignent à moi pour adresser nos pensées les plus sincères aux familles de Bernard Chaussoy et de Sylvain Béclin.


Alors nous voici de nouveau réuni/es.
Trois années après la toute dernière cérémonie des vœux.
Trois années très compliquées. Très intenses.

Je ne vais évidemment pas lister tout ce qu’il s’est passé depuis le 7 janvier 2020, nous n’aurions pas assez de cette soirée.

Mais quel plaisir enfin que celui de pouvoir se retrouver.
De pouvoir partager avec vous les projets sur lesquels vos élus travaillent quotidiennement.
De pouvoir ensuite échanger avec vous lors d’un moment convivial.
Quel plaisir d’avoir pu cette année vous retrouver presque comme avant, avec nos différentes cérémonies, comme l’accueil de nouveaux habitants ou encore la remise des médailles du travail.

Ces moments de convivialité sont de véritables moments d’écoute, de lien social et d’unité. L’occasion d’avoir des retours directs et sincères, sans passer par tel ou tel réseau social, où il est tellement plus simple de se réfugier et de commenter sans s’investir réellement.

Je regrette bien évidemment que cette tradition de la cérémonie des vœux s’étiole par endroit, même si c’est vrai, qu’il nous faut, plus que jamais, être vigilant sur nos dépenses quand nous évoquons de l’argent public. Mais il est tout de même possible de proposer une cérémonie qui se veut sobre et à la fois chaleureuse et conviviale, comme, je l’espère, notre cérémonie.


J’évoquais à l’instant les charges qui ne font qu’augmenter avec notamment une hausse importante du coût de l’énergie et des matières premières. Je pense ainsi aux personnes les plus démunies, qui bien souvent cumulent passoires thermiques et systèmes de chauffage bien trop coûteux et pas assez efficaces.

C’est pour cette raison que l’an dernier, nous avons démarré nos commandes groupées de combustibles. Je tiens à remercier les communes voisines de la Terre des 2 Caps qui ont accepté de travailler avec nous afin de bénéficier de tarifs plus avantageux. Ainsi pour Rinxent, ce sont près de 180 stères de bois et 7.000 litres de fioul qui ont été commandés.

Pour l’hiver 2023, nous réorganiserons cela prochainement avec les communes intéressées. Comme le dit l’adage : “seuls, nous allons plus vite, ensemble nous allons plus loin.“

Depuis cinq ans maintenant, nous tâchons d’agir au mieux pour les personnes qui en ont le plus besoin. C’est pourquoi je suis fier de voir que de nombreux acteurs sur la commune se mobilisent à nos côtés dans cet élan solidaire. Je pense à notre Service Jeunesse, au CCAS et ses différentes missions et activités, aux Restos du Cœur, à Octobre Rose, à la mobilisation massive début 2022 en faveur des Ukrainiens ou encore à l’organisation de la toute première collecte de sang en décembre.

Ce soir, je souhaite mettre en avant une association qui rayonne sur l’ensemble du territoire boulonnais : Les clowns de l’espoir. Les clowns ont deux objectifs : améliorer la qualité des séjours des enfants hospitalisés dans les centres hospitaliers de la région des Hauts de France, par l’intervention artistique régulière de clowns et de marchands de sable. Et intégrer les parents, la famille, les soignants de manière active et appropriée lors de ces rencontres hebdomadaires.

Depuis plusieurs mois maintenant, nous travaillons ensemble, via différentes manières. Ainsi, nous collectons des stylos usagés ou nous les invitons à nos différentes manifestations sur lesquelles ils peuvent assurer la promotion de leur association.

Je suis heureux de les appeler à mes côtés ce soir pour leur remettre un chèque de 1.230 €. Cette somme a été collectée via les ateliers Tricot Thé du CCAS et les manifestations organisées par les Seniors de Rinxent et le service jeunesse de la commune.


Parmi l’ensemble des acteurs solidaires du territoire, il y a une autre association à qui je souhaite saluer la bienvenue à Rinxent : je veux évidemment parler de Pique et Presse. Je salue Madame Muller, sa présidente, Madame Dereumetz, salariée de l’association, et les nombreux bénévoles.

Début 2022, lorsque vous êtes venues me parler de votre situation, j’ai rapidement compris qu’il fallait agir vite. Après avoir alerté les élus locaux et la presse, après des réunions de travail avec le Département et la Terre des 2 Caps et après des mois de recherche d’un nouveau local, vous avez enfin trouvé de nouveaux murs. Dans quelques jours, vous vous installerez officiellement zone de la Maie et je suis heureux de vous accueillir sur notre commune.

Vous avez de nombreux projets, dont notamment celui de demande d’agrément d’Espace de Vie Sociale auprès de la CAF et je ne doute pas un seul instant que votre dossier sera retenu dans les semaines à venir.

Comme je le dis assez régulièrement, nous faisons tous le même métier : Pique et Presse, Actishop, les Clowns, les CCAS, les élu/es du territoire ou encore la CAF. Personne ne se marche dessus et ne fait de concurrence à l’un ou à l’autre. Il nous faut juste nous coordonner dans un seul intérêt : le « mieux vivre ensemble » sur la Terre des 2 Caps.


Durant l’année écoulée, plusieurs chantiers ont pu démarrer ou être achevés.

Pour une commune de 3.000 habitants, ces investissements sont très importants et n’auraient pas pu se réaliser sans l’aide de nos différents financeurs.

La rue du buisson a fait peau neuve avec, dans la volonté de sécuriser les piétons qui l’empruntent, la création d’un trottoir et de deux plateaux ralentisseurs ainsi que la réfection complète de l’enrobé. L’éclairage public a également été changé. Ce projet se monte à 270.000 EUR, avec des participations de l’État de 33.500 EUR et la Région à hauteur de 66.900 EUR. Merci à eux.

La rue Jules-Guesde, après le dramatique accident de juillet 2018, attendait des aménagements de sécurité : ceux-ci ont enfin pu être réalisés en 2022. Ainsi ont été mis en place deux feux récompenses, deux plateaux ralentisseurs et un dos d’âne. Nous sommes toutes et tous conscients aujourd’hui que notre territoire est très en retard en terme d’aménagements cyclables. C’est pourquoi je souhaitais que cette portion de la Départementale soit une première étape à Rinxent pour les cyclistes. L’idéal aurait été de vraies pistes cyclables en dehors de la route, mais le budget aurait été tout autre. Nous avons donc mis en place un chaucidou : un nom tout mignon pour désigner une chaussée à circulation douce.
Ce projet, à hauteur de 137.000 EUR, a été possible grâce à la participation du Département pour 39.000 EUR.

De plus en plus de démarches administratives ne s’effectuent que via Internet. Mais comme vous le savez, la fracture numérique existe : soit il n’est pas possible à tous de s’équiper pour raisons financières, soit les procédures sont de plus en plus complexes.
C’est pourquoi le CCAS a souhaité mettre en place des permanences dédiées pour accompagner les personnes qui le souhaitent afin de réaliser ces démarches.
En plus de ces permanences, nous avons créé, au sein de notre agence postale, un îlot numérique, pour un coût total de 8.000 EUR. Une subvention de la Poste est attendue à hauteur de 4.200 EUR. Cet îlot vous permet, en toute confidentialité, de venir utiliser un ordinateur et une connexion internet gratuitement.

Enfin, et c’est sûrement là l’un des plus gros projets pour notre commune : la réfection du clocher de l’église Saint-Martin et la remise en route de nos cloches, qui s’étaient tues pendant près de cinq ans.

L’imposant échafaudage est maintenant démonté et nous pouvons admirer tous les jours les belles pierres de Marquise et la toiture toute rénovée. Ce projet d’envergure, unique à l’échelle d’une vie, d’un coût total de 407.000 EUR, a pu être réalisé grâce à l’État (pour 170.000 EUR), la Région (17.000 EUR) et le Département (85.000 EUR). Un énorme merci à eux.

Du côté des mauvaises nouvelles, nous avons connu quelques perturbations en toute fin d’année dans nos bâtiments : les systèmes de chauffage dans les écoles et la salle de sport ont montré de grands signes de vieillesse et de fatigue et nous avons du, dans l’urgence, trouver des solutions temporaires. Je tiens à adresser mes excuses aux différents usagers de ces bâtiments pour les désagréments rencontrés. Mais d’ici quelques semaines, tout sera rentré dans l’ordre.

Autre souci rencontré : au sein des vestiaires du stade Marcel-Maillard. Suite à des traces de légionelle dans les canalisations, les douches ne sont plus accessibles et le ballon d’eau chaude doit être changé début février. Là encore, j’adresse aux licenciés de l’USORH toutes mes excuses pour ce problème très pénalisant pour eux.


Comme je vous le disais, nous avons achevé les aménagements de la rue Jules-Guesde. Je vais être sincère avec vous, j’aurais préféré investir ces montants dans des travaux pour nos écoles ou nos associations, plutôt que dans la sécurité routière. Mais la nature humaine est ainsi faite qu’il est nécessaire d’ajouter toujours plus de contraintes physiques afin que chaque usager de la route respecte un minimum la règlementation.

Continuons sur la thématique de la sécurité routière. Je peux vous annoncer que nous allons enfin pouvoir passer à un autre chantier : le carrefour d’Hydrequent.

Depuis deux ans maintenant, les feux tricolores ne sont plus en action et j’ai déjà lu plusieurs fois : “C’est accidentogène, vous verrez quand y’aura un accident, j’vous l’aurai bien dit hein”. Ou encore “ah bah c’est bien beau de faire les travaux rue Jules-Guesde, mais le carrefour d’Hydrequent, hein m’sieur le maire !”, comme si notre commune pouvait se permettre de démarrer plusieurs chantiers de centaines de milliers d’euros à la fois.

Non, nous ne pouvons évidemment pas nous le permettre.

En deux ans, donc, et c’est tant mieux, aucun accident n’est à déplorer. Toujours est-il que nous allons, grâce aux subventions obtenues de l’État et de la Région, pouvoir aménager ce carrefour en un espace sécurisé tant pour les piétons qui le traversent que pour les cyclistes.

Alors, rassurez-vous, il le sera aussi pour les autres usagers comme les voitures.
Nous vous donnerons plus de détails dans le courant de l’année.


Deux projets qui nous tiennent à cœur pour la jeunesse et le monde associatif de notre commune ont pris du retard, les conditions pour les demandes de subvention ayant changé en cours d’année. Mais nous allons enfin pouvoir construire le terrain de foot 5, à destination de nos associations, dans l’enceinte du stade Marcel Maillard, puis un terrain multi sports, ouvert à tous, aux abords de la salle de sport.


Depuis 2020 et les différents confinements, nombreuses sont les personnes à s’être rendu compte qu’il était beaucoup plus agréable de vivre dans nos petites communes que dans les grandes villes aux alentours. Alors, oui, quelques concessions sont à faire, bien évidemment : les services proposés ici ne sont pas les mêmes qu’à Boulogne ou Calais.

Mais niveau cadre de vie, nous n’avons rien à leur envier, bien au contraire.

C’est pourquoi depuis cette période, le marché de l’immobilier s’est extrêmement tendu sur la Terre des 2 Caps, et plus principalement sur Marquise / Rinxent. Et les derniers chiffres de suivi de la population le démontrent encore, année après année : avec plus de 11% de hausse en 10 ans, la plus forte sur le territoire, nous atteignons aujourd’hui les 3050 habitants.

C’est pourquoi je suis heureux que la seconde tranche du lotissement rue Pasteur sorte de terre et puisse répondre à une demande toujours plus croissante en terme de constructions individuelles et de logements sociaux.

Si nous voulons défendre nos communes, si nous voulons conserver nos écoles et nos associations, c’est aujourd’hui qu’il faut se battre. En effet, d’ici quelques années, avec la Loi Zéro Artificialisation Nette, il nous sera impossible d’envisager de tels projets. Cette loi ZAN nous imposera d’aménager d’anciennes friches, autant dire que c’est peine perdue dans le secteur.

C’est la raison pour laquelle la municipalité de Rinxent a accepté, il y a quelques mois, le permis d’aménager de la plaine Saint-Martin, rue Jules-Guesde.

Ce projet n’est pas prévu pour maintenant : la commune ne saurait digérer de nouvelles constructions, tant en terme d’accueil dans nos cantines que pour nos associations par exemple.

C’est pourquoi nous avons longuement discuté avec le propriétaire, le bureau d’études et l’aménageur et nous avons trouvé un terrain d’entente : aucune construction ne démarrera avant 2025.

Seul problème : ce projet rencontre quelques obstacles administratifs.

Mais nous avons expliqué et démontré aux services de l’État et à la Communauté de Communes que ce projet était réfléchi, non précipité et répondait à une demande sur l’arc urbain de la Terre des 2 Caps qui ne peut se résumer qu’à Marquise.

C’est pourquoi j’ai bon espoir que nous puissions être entendus et compris dans les semaines à venir, afin que notre territoire reste attractif et sache apporter des solutions à notre population.


Vous le savez, depuis cinq ans maintenant, je me bats régulièrement pour la défense de nos services publics. Je pense évidemment à nos écoles ou encore aux agences postales du territoire par exemple.

Parfois, nous échouons et nous n’arrivons pas à les conserver : la Trésorerie de Marquise vient de fermer ses portes. Il y a deux ans, j’avais tenté d’alerter sur cette fermeture qui pénalisera majoritairement les collectivités de la Terre des 2 Caps. Malheureusement, j’étais peut-être un peu trop seul et il était sûrement déjà trop tard. Je tiens donc à remercier Madame Monteil pour toutes ces années passées à nos côtés en tant que trésorière et je lui souhaite une excellente retraite. Et je salue Monsieur Henneman qui a pris la relève : merci à lui d’avoir été là pour assurer la transition.

Enfin, et vous le savez, nous nous battons tous les jours ou presque pour défendre la gare de Marquise / Rinxent. Oui, nous l’appelons “la gare de Marquise / Rinxent”. Oui, elle se situe sur la commune de Rinxent. Mais cette gare, c’est la gare de la Terre des 2 Caps. Nos lycéens, nos étudiants, nos demandeurs d’emploi, nos salariés qui quittent le territoire le matin ne viennent pas uniquement de Rinxent. Les personnes qui viennent ici en train pour travailler ne vont pas uniquement Zone de la Maie.

Non, toutes ces personnes font vivre l’ensemble de notre communauté de communes.

Et donc le point sur lequel je souhaite insister ce soir, c’est que plus nous serons nombreux à nous mobiliser sur ce sujet de nos petites gares, plus nous serons forts et convaincants vis à vis de la SNCF.

Je le disais déjà en 2020, et je le redis ce soir : à l’heure où nous nous rendons compte que le climat a changé, qu’il nous faut réfléchir à des moyens de transport alternatifs, nous devons plus que jamais nous battre pour défendre nos petites gares et si possible, y multiplier les dessertes. Pourquoi ne pas se mobiliser ensemble pour, par exemple, faire arrêter chez nous le TER GV qui va à Fréthun et traverse quotidiennement notre territoire ?

Alors oui, nous réfléchissons ici à un projet Pôle Gare de plusieurs millions d’euros. Mais ce projet à long terme, qu’évidemment je soutiens à 100%, ne sera pas utile, ne sera plus utile, si nous laissons mourrir notre gare.

Une fois de plus, je demande aux élu/es de la Côte d’Opale, et plus particulièrement de la Terre des 2 Caps, de m’accompagner dans ce combat du quotidien.


Cette année, nous avons connu le départ de deux agents municipaux, présents de longue date au sein de notre collectivité.

Tout d’abord, parti en toute discrétion, fidèle à son image, Éric Dutertre a fait valoir ses droits à la retraite bien mérités. Merci à lui pour tout le travail effectué dans l’ensemble des bâtiments communaux.

Enfin, David Merlin, agent polyvalent, que l’on entendait siffloter dans la cour de la mairie ou à bord de son tracteur, a souhaité voguer vers d’autres horizons et travaille maintenant pour le compte du Département. Merci à lui pour ces années passées à la ville de Rinxent et bonne continuation dans sa carrière professionnelle.


Régulièrement, vous croisez les élus lors des différentes manifestations organisées durant l’année. Mais les petites mains de tous les jours, ce sont les agents municipaux. Qu’ils soient dans les bureaux, sur le terrain, dans les bâtiments communaux, à la bibliothèque : ce sont eux aussi qui font vivre notre commune.

Merci à Madame Dégardin, responsable des services, et l’ensemble des agents pour toutes les actions menées au quotidien.

Si nos projets se réalisent, si notre commune évolue, c’est en partie grâce à vous.


Il y a maintenant trois ans, avec mon équipe, nous avons de nouveau pris un engagement fort : celui de s’investir pour notre belle commune. S’engager pour six années.

Cet engagement, c’est un investissement lourd : nous devons jongler entre nos différentes vies (familiales, professionnelles, associatives).

Mon équipe ne compte pas ses heures et je les en remercie ce soir.

Régulièrement, je reçois des retours positifs de la population : ces retours me touchent, évidemment, mais ils vous reviennent tout autant à vous qu’aux agents.


Notre commune est riche de ses associations et de ses entreprises : le dynamisme d’une commune se mesure en grande partie grâce à leur nombre et leur volonté d’avancer.

Je remercie ainsi la trentaine d’associations, leurs dirigeantes et dirigeants, leurs nombreux bénévoles qui tous les jours prennent en charge les jeunes et moins jeunes de Rinxent et des alentours.

Je suis fier également de constater que Rinxent reste attractive pour les entreprises : régulièrement, des entrepreneurs viennent me voir pour trouver un local de stockage ou un bureau.
Notre zone de la Maie, chère à Bernard Chaussoy, reste un cœur de vie économique majeur pour la Terre des 2 Caps et je remercie les nombreuses entreprises rinxentoises pour leur énergie.


Il est maintenant temps pour moi de vous souhaiter à toutes et tous une très belle année 2023.
Bien évidemment, je vous souhaite à chacune et à chacun mes vœux de santé et de bonheur.

Mais plus que jamais, et nous l’avons bien compris depuis trois ans, je vous souhaite de passer du temps avec les personnes qui vous sont chères. Ne perdons pas de temps avec des futilités et profitons de l’instant présent.


Nous allons maintenant pouvoir, ensemble, passer un moment autour d’un verre et quelques gourmandises qui nous viennent de notre boulanger David Diotalevi. J’en profite pour dire que le meilleur moyen de soutenir nos artisans locaux, c’est de continuer à consommer chez eux plutôt que de préférer de grandes chaines industrielles.

Alors bonne dégustation et à tout de suite.

Je vous remercie.

Un lundi matin sans train en gare de Marquise / Rinxent

Ce matin, j’étais aux côtés des usagers de la gare de Marquise / Rinxent, qui depuis aujourd’hui n’ont plus aucun train pour se rendre à Calais ou Boulogne.

Des cars de substitution ont été mis en place … Mais pas assez d’horaires et pas assez de places dans les bus.

C’est une vraie galère pour eux, mais aussi pour la seule personne de la SNCF présente sur place qui gère les imprévus.

Pour les trains de 6h45, 7h01 et 7h23, aucun souci particulier.

Par contre, 7h46 direction Boulogne et 7h56 direction Calais : les bus sont presque pleins en arrivant. Autant dire que pour la quarantaine de personnes qui attendent sur le parking, ça s’annonçait très compliqué.

Et en effet, neuf lycéens ne peuvent monter pour Boulogne et doivent trouver une autre solution si c’est possible pour eux, ou attendre que la SNCF envoie un taxi dans quelques minutes …

Comment être sur d’arriver à l’heure en cours dans de telles conditions ?!

Dès ce matin, je vais donc contacter la direction régionale de SNCF Voyageurs pour demander à mettre plus de bus à ces horaires. J’espère que nous serons entendus.

Alors que des projets de redynamisation du projet Pôle Gare existent depuis des années, et que ces projets coûteront des centaines de milliers d’euros, il faudrait déjà que les élus concernés par cette gare de Marquise / Rinxent se mobilisent ensemble et massivement afin de conserver un service de qualité pour les habitants de la Terre des 2 Caps.

Discours lors de la cérémonie de présentation des cloches

Bienvenue à vous au sein de notre belle église Saint-Martin de Rinxent. Nous tenions à vous y convier pour un de ces évènements auquel le commun des mortels n’assiste généralement pas plus d’une fois dans sa vie. En effet, après la cérémonie de remontée du coq au haut du clocher, c’est aujourd’hui l’occasion de présenter à l’assemblée les 3 cloches restaurées du beffroi de l’église Saint Martin. 

Souvenez-vous le 3 septembre dernier, nous étions dehors et j’avais osé quelques calembours autour de la thématique du coq.

J’avais quelques idées pour ce matin, qui pourtant sonnaient bien, mais j’ai eu peur que Monsieur Renard viennent me sonner les cloches. Il est donc grand temps pour moi de sonner là le glas de mon humour. Même si, je le reconnais, cela me donne un peu le bourdon.

Bon, un peu de sérieux s’il vous plait, nous sommes en compagnie de Madame la sous préfète, que je remercie de sa présence. Madame la sous préfète, soyez-en rassurée, j’ai normalement bien compris le concept de la loi du 9 décembre 1905, concernant la séparation de l’Église et de l’État et qui proclame entre autre la liberté de conscience. Je respecterai donc bien évidemment le principe de laïcité.

J’ai un petit message à l’attention de Monsieur l’abbé Bizet. Je tiens à vous féliciter pour avoir osé monter à nos côtés tout en haut de l’échafaudage en septembre, afin d’aller réinstaller notre coq.
Alors, je tiens à être clair avec vous (et à vous rassurer) : il n’est pas prévu, à moins que réellement vous n’insistiez, de porter les cloches sur notre dos afin d’aller les réinstaller ensemble.

Revenons donc maintenant à notre église Saint-Martin et à son histoire.

Pour vous situer la construction de celle-ci, il faut savoir qu’elle succède à un édifice antérieur datant de la Renaissance. Elle s’inscrit aussi dans le contexte du XIXème siècle à la même époque où Victor Hugo publiait les Misérables en 1862, où s’érigeait la basilique de Boulogne sous l’impulsion entre autres de Monseigneur Haffreingue, où la séparation entre l’Eglise et l’Etat donc, n’avait pas encore eu lieu et où l’ère industrielle battait son plein. 

Ainsi, vers 1860, le constat est formel : l’église de Rinxent devient trop petite pour y accueillir les habitants. C’est en effet l’âge d’or des usines et la population connaît un fort accroissement sur la commune. L’abbé Guche, nommé sur la paroisse et disciple de Monseigneur Haffreingue dont il est très inspiré, voit alors l’occasion de développer un projet d’agrandissement du chœur de l’ancienne église, la construction d’un transept flanqué de 2 chapelles latérales et la construction d’un beffroi à 3 cloches en 1863. 

Si la réalisation de l’édifice revêt un caractère religieux, elle constitue également l’occasion de mobiliser maîtres verriers, ébénistes et artisans autour de l’architecte Debayser tout comme plusieurs familles de Rinxent dont le nom est indissociable du projet. Citons-là les maîtres de forge : Pinart, Caillot, Dewailly et Gilles mais aussi le châtelain de l’époque, Monsieur Louis de Rincquesen et le maire, Stanislas Marmin. Le projet de la nouvelle église révèle ainsi les talents d’un territoire local. 

Tout ceci a néanmoins un coût déjà en cette seconde moitié du dix-neuvième siècle. Inlassable « quêteur » au sens propre du terme, l’abbé Guche s’engagera jusqu’à son dernier souffle pour le financement et la concrétisation de son projet. L’église prendra assurément un nouveau visage mais connaîtra les affres de la 1ère Guerre Mondiale, nécessitant de nouveaux travaux, qui seront subventionnés au titre des dommages de guerre en 1920. Ainsi le beffroi (girouette incluse) et les vitraux de l’église Saint Martin devront être réparés et reconstitués pour la somme de 29.890 francs. 

Un siècle s’écoule entre ces travaux et le chantier de rénovation actuel dont la 2nde étape est célébrée aujourd’hui. Nous avons donc l’honneur de vous présenter les trois “bells” du jour : Louise Adilie, Julie Pauline et Marie Pauline. Après un petit bain de jouvence prodigués par les établissements Paschal de Wimereux, elles n’ont pas pris une ride et retrouveront bientôt leur habitat naturel au sein du beffroi. Toute la gamme musicale en “fa”, en “la” ou en “ut” retentira de nouveau bientôt sur la commune. 

Avant de conclure et puisqu’il n’est de belle réussite que lorsqu’elle est collective, je voudrais ici remercier : 

  • Les financeurs que sont l’Etat, la Région et le Département. Merci tout particulièrement à Madame la sous-préfète, Dominique Consille, d’être parmi nous aujourd’hui ;
  • La Directrice Générale des Services, Marie-Pierre DEGARDIN et son équipe, pour l’investissement sans faille et tout l’intérêt porté aux travaux du chantier de l’église ; 
  • Les divers corps de métier mobilisés pour la rénovation et plus particulièrement aujourd’hui les établissements Paschal pour la rénovation des campanaires ; 
  • L’association l’Etoile, avec Monsieur Renard et son équipe de bénévoles, soutien indéfectible du projet ;
  • Aux membres de mon équipe, avec qui, chaque jour, nous avançons dans la réalisation des projets communaux ;
  • À vous, Rinxentoises et Rinxentois, venus en nombre ce jour, pour célébrer cet évènement exceptionnel.

Avant de laisser la parole à Messieurs Renard et Paschal puis à Madame la sous préfète, je vous informe que Monsieur Paschal se tient à votre disposition pour répondre à vos questions au gré de vos déambulations autour de l’exposition photos du chantier de l’église. 

Je salue également Monsieur Mallevaës et son équipe enseignante, qui ont déjà pu venir admirer ces trois cloches avec les élèves de l’école primaire.

Enfin, sachez que la municipalité offre le verre de l’amitié en salle des mariages à la mairie. Nous nous retrouverons donc là-bas pour échanger et fêter cette nouvelle étape du projet. Par contre, et j’en suis sincèrement désolé, il n’est pas prévu d’aller se taper la cloche ensemble après.

Merci à vous.

Communiqué suite au décès de Bernard Chaussoy, maire honoraire de Rinxent

Bernard Chaussoy a été maire de notre commune pendant 37 ans. Il fut également directeur et enseignant pendant de nombreuses années, au sein de l’école primaire de Rinxent.

En tant que maire honoraire de la commune, il assistait à nos côtés aux commémorations.

Aujourd’hui, Rinxent est en deuil.

Très prochainement, un registre de condoléances sera mis à disposition à l’entrée de la salle du conseil (3, rue du Général de Gaulle) pour lui laisser un dernier hommage, aux horaires d’ouverture de la mairie. Nous vous donnerons plus de renseignements dès que possible.

À Madame Chaussoy, à ses enfants et petits-enfants et à toutes les personnes qui lui étaient chères, j’adresse, en mon nom et au nom de la Ville de Rinxent, mes plus sincères condoléances.